Récupération et flexibilité

1370

 

J’ai toujours eu une bonne flexibilité donc très peu de blessures ou douleurs musculaires chroniques.  À cause de mon niveau de flexibilité, on m’a recommandé de mettre de l’emphase sur le renforcement musculaire pour améliorer ma stabilité articulaire.  Vers la fin de mes 38 ans, voilà que les douleurs musculaires apparaissent.  J’ai donc débuté une routine d’étirements et le yoga mais mes tensions n’ont pas diminué.  C’est Nola Mercier, massothérapeute, qui m’a ouvert les yeux avec sa pratique et son discours : le mouvement est la clé d’une bonne réhabilitation et récupération.  Après plusieurs lectures et formations, c’est alors que j’ai découvert la MOBILITÉ ARTICULAIRE.  Cette technique constitue à bouger chacune des articulations du corps dans tous ses axes pour les garder mobiles et bien lubrifiées.  Dans cette même ligne, les muscles se détendent et les raideurs musculaires sont donc moins fréquentes.

La flexibilité est l’amplitude de mouvement qu’une articulation est capable de faire.  Si les muscles qui s’attachent à l’articulation sont trop tendus, l’amplitude sera limitée.  Si les tendons et/ou ligaments sont blessés, le trop d’amplitude peut causer une friction articulaire pouvant causer du dommage aux cartilages et à la masse osseuse. Finalement, garder les articulations mobiles mais stables, les muscles forts mais détendus sont tous des facteurs à prendre en considération pour vieillir en bonne santé physique.

Pour maximiser la récupération post-entraînement, la première chose à faire est de continuer à pratiquer l’activité choisie à très basse intensité pour une période de 7 à 10 minutes.  Cette pratique aidera votre corps à retourner tranquillement au repos.  La circulation sanguine aidera à métaboliser l’accumulation d’eau et d’acide lactique concentrés autour des muscles.  Saviez-vous que les courbatures post-entraînement sont dues à une rétention de liquide qui compresse les muscles?  Cette compression peut causer la rupture de fibres musculaires qui donne de la douleur prolongée (de 24 à 72 heures).  Ce phénomène se nomme EDEMA.  La mobilité articulaire accompagnée de l’automassage aident beaucoup à métaboliser ces liquides ainsi qu’à diminuer les désagréments de l’activité physique.  Cependant, contrairement à ce que l’on peut croire, exécuter des étirements tout de suite après un entraînement n’est pas recommandé.  Comme mentionné plus haut, lors de vos entraînements, plusieurs fibres musculaires subissent des micro déchirures durant l’activité physique.  Votre corps se met en mode réparation pour plusieurs heures après votre entraînement.  Effectuer des exercices de flexibilité peut augmenter le nombre de micro déchirures et fragiliser l’état général de vos muscles.

Un autre moyen pour accélérer votre récupération serait de consommer une source de glucides absorbée rapidement par les muscles, comme un smoothie contenant du yogourt, jus de fruits et fruits congelés. Pour profiter rapidement de ses effets, il se doit d’être consommé dans les 30 minutes suivant l’activité physique.  Prenez gare aux boissons riches en protéines.  La digestion des protéines est très lente et ralenti l’absorption des glucides qui est essentielle à une bonne récupération.  Optez pour des breuvages et collations contenant de 2 à 3 fois plus de glucides que de protéines pour maximiser votre récupération.

En conclusion, faire seulement de l’activité physique ne suffit pas pour bien vieillir.  Il faut idéalement y ajouter trois séances par semaine de mobilité articulaires et d’étirements actifs.  Et pour les gens qui sont encore dans la performance après l’âge de 30 ans, vous êtes non seulement à risque de blessures chroniques, du surentraînement mais aussi d’une usure prématurée des différents systèmes de votre corps.  Il faut viser sur l’équilibre, la diversité d’activités et surtout le plaisir.

 

Isabelle Provencher